mercredi 22 août 2007

"Amour, amour, je t'aime tant...."

Quiconque reconnaissant la provenance de la citation mise en exergue dans le titre sera à même de goûter toute l'ambiguïté de ce billet.
Ma dernière lecture prolongée des oeuvres de Jane Austen a ceci d'appréciable, outre le fait qu'elle permet une agréable plongée dans un univers très "cup of tea"comme je les aime, sorte de parenthèse bienheureuse où rien ne peut plus vous atteindre, de nourrir en profondes réflexions le seul sujet finalement d'importance, à savoir le sentiment d'amour...


Nous sommes bien loin aujourd'hui ,croyons-nous, des contingences matérielles et honorifiques de l'époque de miss Austen. Et pourtant ces textes nous parlent encore et toujours...

Avouons-le la position de la femme aujourd'hui à beaucoup évoluée mais sans doutes pas au point de se libérer totalement, tant pratiquement que psychologiquement , de "l'attachement" à la gent masculine. En qualité (d'encore relativement) jeune mère célibataire je sais bien de quoi je parle!!!! ;o)

Point n'est nécessaire de faire figure de chantre du féminisme pour faire ce constat.

Mais laissons pour l'instant,si vous le voulez bien ,de côté cet aspect pour s'interroger sur notre propre position face au sentiment amoureux ...

En lisant Jane Austen je me suis beaucoup interrogé à la fois sur ma conception de l'amour et de la passion. Deux choses qui peuvent être séparés aisément (notamment chez Austen) mais qui dans ma vision des choses sont difficilement indiscociables. Et pourtant que de contradictions dans l'aspiration à la fois passionnée , et donc forcément incandescente ,destructrice parfois et unique forcément de l'Amour...et le goût de liberté et de multiplicité d'amours!!!!

Je vous renvois ainsi à deux textes excessivement intéressants sur ces deux directions , à priori inconciliables et qui pourtant me correspondes chacune à leurs manières.

Pour le premier il s'agit d'un billet de ma chère Holly,dont j'ai déjà parlé, évoquant à la fois ,un livre fort intéressant que je vous conseille très vivement " l'amour et l'amitié" d'Allan bloom, et un bout de la vision personnelle de miss Holly (bien que j'attende avec grand enthousiasme un travail plus conséquent sur le sujet!!!!) .Il y est donc question de la pensée Austiniène de l'amour , à la fois amour unique avec un grand A et amour-amical .

Pour le second je vous envois chez Mr Cespedes (bien connu de mes lecteurs maintenant) , qui sur son nouveau blog, lance un débat là aussi passionnant contre l'amour-unique. Je vous enjoins à lire les commentaires de très grandes qualités qui argumentent sur le sujet.

Ceux qui me connaissent bien seront ainsi amusés de me voir prise entre deux feux!!!!

Mais je ne me dégonflerais pas et réaffirmerais mon attachement à la vision "libre" de Mr Cespedes et ma volonté d'assumer ma conception de "fidélité non exclusive" qui fait si souvent rire mes amis, sans pour autant renoncer à mon souhait de passions ,donc renouvelables (et là mon côté écolo ressort à fond!!!! ) :o))))

Plus sérieusement, je ne souscrit pas à la vision qui considère la passion comme ,par définition unique (ce que je peux cependant comprendre) ,tout comme je refuse de m'enchaîner à un seul homme (quel qu'en soient les raisons). En revanche j'abhorre cette nouvelle vision de l'amour jetable, ou du zapping amoureux qui semble se répandre de plus en plus en opposition à la conception maritale de l'amour.

Dans le concret me direz-vous???? (oui oui je savais que vous me poseriez la question!!! ;o) )

Je crois pouvoir considérer ma situation actuelle non comme un modèle applicable à tous mais en tout cas qui me convienne. Vivre seule( physiquement j'entends) me semble la solution adaptée ,y compris pour mon (et j'espère un jour mes) enfant(s).
La notion de famille néanmoins ne devant pas être sacrifiée. Et au vues des nombreuses fêtes réunissant à la fois père , mère (séparés ou non ) enfants , petit(e)s ami(e)s, grand parents et autres... il me semble bien que nous aillons trouvé un compromis fort acceptable!!!!



Lamousmé