mercredi 28 mars 2007

Mata Hari

Je dois vous faire une confidence... depuis quelques années on me surnomme Mata Hari.
Il est vrai que très jeune je fus fascinée par les femmes fortes et libres. Des amazones à Mata Hari en passant par Morgane la fée, Cléopâtre, Sarah Bernard, Ninon de L'enclos et j'en passe et des meilleures... toutes ses femmes qui allient pouvoir et sexualité, politique et passions amoureuses m'attirent inlassablement. Je rêvais d'être une courtisane, un modèle pour peintres (du 19 ème bien sur!!) de tenir un salon littéraire ou pourquoi pas d'être espionne justement... comme Mata Hari.
Quel merveilleux mythe que celui de la femme espion, femme fatale, aventurière au goût d'orientalisme qui séduit et trahit sur l'oreiller. Une femme amoureuse malgré tout et qui par amour ou pour la cause se sacrifie!!!!
Et puis à même pas 20 ans "j'entre en politique". On m'explique qu'il me faut absolument assister à une réunion pour "contrer" les opposants... cela commence... on envoie la rousse grande gueule en mission... résultat des courses je dame le pion au "rival", je prends la place de présidente (il devient tout de même secrétaire général) et... je l'épouse quelques mois plus tard!!!! C'est ma manière à moi de "neutraliser" : o))))
Des années après, et un divorce en poche, j'ai laissé la politique au profit de l'associatif (pas franchement un changement radical!!!) mais on continu toujours à envoyer la rousse sur les plateaux télé, dans les conférences et... aborder certaines personnes utiles à l'association. Et je continue à essayer de séduire pour la cause (seulement???) hommes ou femmes d'ailleurs peu importe. Je tombe même parfois amoureuse... et puis je repense à cette pauvre Mata Hari qui fini fusillée trahie et utilisée par ces hommes auprès desquels elle cherchait finalement seulement l'amour et l'assurance de ne pas finir seule.
Alors oui, j'aime toujours ses femmes. Gilda, la danseuse prêtresse de Shiva du "tombeau hindou" de Lang, les danseuses et putains de Toulouse Lautrec me feront toujours fantasmer mais depuis quelques temps j'ai arrêté la danse... un changement de vie se profile-t-il???

dimanche 18 mars 2007

Un samedi soir sur la Terre...


Seule... plantée par son propre fils après l'incontournable match de basket du week end ( où je joue parfaitement mon rôle de supportrice acharnée) qui décide d'aller dormir chez un copain, me voilà face à un plateau repas scotchée devant la télévision.
Plus tard je me glisse dans un bon bain parfumé éclairé par les seules bougies disséminées un peu partout dans la salle de bain. Les effluves capiteux et la voix de Billie Holliday me font sombrer doucement dans un état léthargique...
Mes pensées m'emportent loin, très loin vers d'autres temps... et soudain je réalise... je suis seule... enfin (?) seule...
Amoureusement j'entends. Enfin non pas exactement, c'est une situation encore plus complexe. Comprenez-moi bien, la solitude n'est pas un état qui me fait peur ou que je rejette. Comme beaucoup j'ai autant besoin d'être entouré que de moments d'isolements pour me retrouver. Mais si je regarde en arrière, force est de constater que depuis plus de 20 ans j'ai toujours été accompagnée par des relations amoureuses... amoureux, mari, amants... la "solitude amoureuse" n'était plus pour moi qu'un concept de magazines féminins. Jusqu'à aujourd'hui.
Je ne suis pas sans amour voyez-vous... car, comme dit la chanson :" quand j'aime un jour j'aime pour toujours !!!!"
S'il y a bien une chose qui me caractérise (et qui interpelle la plupart du temps) c'est que je suis une éternelle amoureuse... je suis extrêmement fidèle (en amour comme en amitié d'ailleurs) simplement je ne suis pas "exclusive". L'amour unique, la moitié d'orange chère à Platon (bien que séduisante dans l'esprit et tout à fait respectable) n'est pas pour moi. Je l'ai compris un jour et je ne m'en cache plus. Pas toujours facile à vivre. Pas toujours accepté non plus.
Et là l'ironie de la vie (mais est-ce cela ?) me cloue dans mon bain. Je suis seule ! Aucune relation amoureuse à l'horizon, pas la moindre, nada!!!
Certes l'existence n'a pas toujours été tendre avec moi et à semée quelques séparations (rarement de mon fait) et surtout quelques cadavres autour de moi mais... est-ce uniquement les circonstances qui m'amènent à cet état de fait ? Je me pose la question.
Récemment deux personnes m'ont dit dans la même journée que j'étais un "Sphinx "et un "rocher sans prise" !!!!
Absurdités m'a tout de suite rassurée une très chère amie, "propos d'hommes en demande "à-t-elle renchérit... :o)
N'empêche... cela m'interpelle!!!!
La voix de Billie me happe et m'entraîne dans mes souvenirs... des larmes se mettent à couler sans pouvoir les stopper, sans le vouloir non plus, je m'abandonne à cette douce mélancolie.
Mes "hommes" défilent dans mon esprit, l'amour est toujours là, ils sont à jamais en moi-même s'ils ne sont plus ici.
Mais ce soir le lit est vide et les draps me semblent outrageusement froids. Je ressens ce petit agacement du côté du cœur qui me gène.
Et pour la première fois j'ai effectivement le sentiment d'être seule!!!!


Lamousmé

ps: j'espère que Mr Cabrel me pardonnera les emprunts que j'ai pu lui faire, et que mes éventuels lecteurs excuseront ce nouvel étalage impudique de mes cogitations intimes!!!
Le tableau est bien sur comme wictoria la fait très justement remarquer d'Edward Hopper!!!

Et pour en rajouter une couche je vous mets cette petite chanson en clin d'œil!!!


jeudi 8 mars 2007

LA femme

Parce qu'en cette journée spéciale , vous ne me comprendrez vraiment que si vous connaissez aussi cette scène...