mercredi 28 février 2007

De battre mon coeur s'est arrêté...

...depuis ce soir ,car j'ai enfin accepté l'idée que tu ne m'aimeras jamais comme je le désirais. Alors même si j'en crève, même si j'ai peur de ne jamais pouvoir cesser ses pleurs, même si les larmes creusent des sillons et que la glace me renvoie l'image de cet abandon, je sais bien que jamais je ne regretterais d'être morte un peu plus chaque jour depuis que je t'ai rencontré. Et tant pis si cela fait vieux cliché.
Tu me voulais soumise je ne suis plus que résignée...




"Ophélie " Millais

22 commentaires:

Gaëlle a dit…

Je suis très émue par ce texte qui est très beau. J'ai toujours été déchirée par le personnage d'Ophélie. Un des personnages les plus émouvants de la littérature. Je t'envoie mes pensées les plus chaleureuses, à toi, hôte de ces lieux.

Holly Golightly a dit…

Mélanie, Millais, Ophélie et Eros.
On ne meurt jamais que de ne pas vivre ce que l'on croit avoir à vivre, donc... Et qui sait ? Personne, en vérité.

Lamousmé a dit…

Merci Gaëlle car en fait j'ai jeter ces mots et aux moments de les supprimer tu avais écris ton commentaire...preuve qu'ils devaient désormais restés ici ;o)

Lamousmé a dit…

Ma chère holly comme tu le dis si bien ;o)
de toute façon ma devise reste : "no regret" ;o)
Mais bordel qu'est ce que ça fait mallllllllllll!!! :o))))

Gaëlle a dit…

Ma pauvre Mélanie, je suis triste que tu sois dans cette douleur-là. Et oui, je pense que ces mots avaient leur place dans ce lieu, même si je comprends ta tentation de les effacer. Ils me touchent profondément. Je t'envoie toutes mes pensées. Tiens bon !

Wictoria a dit…

Bien sûr, le boudoir est fait pour emporter les (re)sentiments les plus personnels...l'amour étant le premier des inspirateurs.

Vanessa a dit…

Cet épanchement est superbe…de douleur…Il devait surement avoir sa place dans ce boudoir, mais quelle immersion dans tes pensées !!…j’espère juste que nous, les lecteurs réels de ce monde semi-virtuel, en sommes dignes.
Si jamais la chaleur humaine est transmissible...voici la mienne accompagnant ce message

Lamousmé a dit…

Pardon à toutes de vous avoir infligé de tels mots...c'est d'une impudeur folle je le sais mais parfois les écrits demandent à être inscrit dans la pierre pour l'éternité (enfin bon vous me comprenez ;o) )
je ne doutes pas Chère Vanessa que vous en soyez dignes et votre chaleur m'aide beaucoup...comme le dit wictoria l'amour fait parti de ce boudoir et il serait sans doutes malhonête de le cacher même quand il est douloureux!!!
Merci à toute les quatres de veiller sur mon petit coeur meurtri :o))))

Holly Golightly a dit…

Mélanie, je t'adore.

Lamousmé a dit…

Ohhhhhhhhh!!!!!!! mais moi aussi je t'adore!!!! :o)))

Lily a dit…

Chère Lamousmé, quel beau et douloureux texte....

Lamousmé a dit…

merci lily ...pour ta présence...

Tr0n a dit…

Je passais en ces lieux, par pur hasard, et... Et comme depuis quelques mois j'ai une nouvelle fois eu envi de pleurer. L'amour... La possession... Le désir... Non partagé, la pire douleur, torture du coeur.

Lamousmé a dit…

Mince Tron il n'était pas question de faire pleurer les autres au départ!!! ;o)
Par contre chez moi la possession est prohibé !!! l'amour doit être avant tout libre!!!

anjelica a dit…

Face à cette douleur, je ne suis pas assez douée avec les mots. Alors je t'offre ceux d'un de mes chouchous que tu trouveras souvent sur mon blog. Alors, je t'offre cette chanson pour panser tes blessures...

Etre, renaître ma naissance
Dans une aube de craie
Sous la lune de sang
Aux termes d’un hiver mourant
Etre, émerger du silence
Voir briller au soleil
Les givres de mon cœur
Présage d’un printemps meilleur
Etre le fruit et la semence
Dans un sol épuisé
Et fleurir en exil
Comme un arbre éclaté d’avril
Etre, apprendre à me connaître
Garder les yeux ouverts
Et n’être rien qu’un être
De chair

Pour aimer jusqu’à la mort
Et au-delà peut-être
Etre l’âme séparée du corps
Pour aimer jusqu’à la mort
Même au-delà encore

Etre la voix de mes naufrages
Le verbe retrouvé
Lavé de tout défaut
Epousant le chemin des mots
Etre, échapper au chantage
De tous les lieux communs
Eteindre mes volcans
Dompter et chevaucher mon temps
Etre le geste qui engage
L’avenir repensé
Artisan du retour
Au simple rituel d’amour
Etre, mourir pour mieux renaître
Des mensonges d’antan
Et n’être rien qu’un être
Vivant

Pour aimer jusqu’à la mort
Et au-delà peut-être
Etre l’âme séparée du corps
Pour aimer jusqu’à la mort
Même au-delà encore

Tr0n a dit…

J'ai toujours laissé leur liberté aux femmes, et fait une confiance aveugle. Mais au fond de moi une petite pointe de possessivité a toujours existé. C'est ainsi, le besoin d'être aimé par celle que l'on aime.

Et lorsque les mots qu'on vous envoie à la figure ont été cachés pendant plusieurs mois dans une réflexion solitaire, non partagée, parce que vous avez cru l'amour gagné, les larmes ne peuvent que venir et revenir encore.

Ces mots si simples, et si douloureux " Je ne t'aime plus " raisonnent dans mon crâne depuis des mois. Je l'aime... Je l'aime à en mourir et ce n'est plus une expression. Ma santé vascille, s'évade progressivement, et mes pleurs en lisant ces quelques mots ne sont que le pâle reflet physique de la douleur intérieur que je peux ressentir.

Je ne peux vivre sans elle. Je ne peux vivre avec elle.

Je meurs à petit feu, progressivement, lentement, mais sûrement. Et entendre les femmes qui se plaignent que les hommes sont des cons me percent le coeur. J'ai tout donné, tout, même ma santé pour elle, pour en arriver là. Là au point de départ d'il y a cinq ans déjà. Comme si l'expérience que j'avais acquise s'envoler progressivement pour rien. Une seconde chance de séduire, une seconde chance... Je ne l'aurais jamais.

J'ai peur de mourir, en me détruisant intérieurement. J'ai peur. Et je pleurs en lisant tes mots.

Amen.

Lamousmé a dit…

Merci angelica de tant d'attention je suis très touchée et j'aime beaucoup ses mots!!!

Lamousmé a dit…

Tron...difficile de répondre à la hauteur de ton si beau commentaire...je te dirais juste que je crois comprendre même si je ne partage pas forcément ta vision de l'amour...que les hommes et les femmes sont egaux (pour une fois) devant la douleur de l'amour ET devant la connerie!!!
...qu'il faut croire en l'avenir et en d'autres amours pour avancer
...et que je suis là si tu en as besoin!!!

Tr0n a dit…

Beaucoup d'âmes et de silhouettes sont là dans ces situations douloureuses mais l'amitié, ou l'aide qu'on peut vous apporter ne sont pas des paliatifs suffisants pour un esprit torturé. Torturé par lui même, par son inconscient, par ses propres défauts qu'il trouve être des handicaps énormes pour les relations "amoureuses", celui de ne pas avoir de complicité naturelle avec les femmes qu'il aime.

Ce n'est pas qu'un "je ne t'aime plus" qui m'a détruit, c'est le fait qu'elle n'ait pas partagé ses doutes pour m'éviter de souffrir. C'est le fait que je n'ai réussi qu'à parler sérieusement de nos vies qu'une seule fois, et que de voir ses larmes après avoir fait l'amour m'a... Changé, détruit, cassé, brisé, abattu, j'en pense et des meilleurs. Et la cerise sur le gâteau qui a fini de vaincre le peu de confiance que j'ai en moi, et en l'image que je projette.

L'aide ? Que puis je demander comme aide ? Les solutions qui se propsent à moi pour sortir de ces médicaments qui me pourrissent la vie sont au nombre de deux. La première qui est peut être une grave erreur, c'est de croire que trouver une autre personne qui fera vibrer mon coeur est une priorité. La seconde, continuer de me battre et essayer de voir la femme que j'aime pour je ne sais pas, peut être la toucher, en lui montrant qu'elle s'est trompée...

Ses derniers mots "tu es un homme génial, en qui j'ai entière confiance, avec beaucoup de charme, mais on ne vit pas sur la même planète". Que répondre à part dire "on est tous les deux des terriens..." ? Je ne peux pas refaire ma vie avec des "si". Mais de battre le 22 septembre, mon coeur s'est arrété pour revenir ce qu'il était quand j'étais jeune, une pierre ampli d'émotions mais qui ne veut plus les ouvrir aux autres, même à la plus "belle" des créatures.

Merci quand même. En attendant je lis, j'écris et... J'espère. Sans espoir autant appuyer sur le champignon de ma petite voiture une nuit sur l'autoroute en rentrant chez moi...

Lamousmé a dit…

Je comprends...tellement!!! je suis comme toi je crois que seul un autre amour peut nous relever!!!!
et je crois au temps...

Tr0n a dit…

Est ce qu'un autre amour relance réellement un coeur qui c'est arrêté de battre une fois. Je croyais que seuls les électrochocs en étaient capable. Sur ce je disparais comme je suis venu, dans les limbes de l'oubli, et de ma terne vie d'ophélie.

Anonyme a dit…

Lire le blog en entier, pretty good